Instagram devenu incontournable pour les entreprises?

22 mai 2019 in by Communication

En 2017, Instagram comptait 9,1 millions d’utilisateurs au Canada.

En 2021, il en comptera 12,9 millions. 40% de plus!

Aux États-Unis, 71% des entreprises utilisent déjà cette plateforme!

Les entreprises ne peuvent plus ignorer Instagram!

 

Statistiquement parlant, Instagram est un bon investissement pour les entreprises. Les « marketeers » ne peuvent plus l’ignorer…

  • Il y a 25 millions de profils d’entreprises sur Instagram!
  • … et 2 millions d’annonceurs!

 

Votre clientèle est jeune? Sachez que…

  • 71% des utilisateurs mondiaux d’Instagram ont moins de 35 ans!
  • 95% des « Instagrameurs » sont aussi sur Youtube, suivis de 91% des fans de Facebook et 60% des utilisateurs de Snapchat.

 

Alors écrivez une « story » de votre marque sur ces quatre plateformes et joignez vos jeunes consommateurs! Et n’oubliez pas…

  • 60% des utilisateurs découvrent leurs produits sur Instagram
  • 1/3 des « Instagrameurs » utilisent leur mobile pour acheter un produit!

 

Source : HootSuite et Statista.

 

Vous voulez connaître votre marché?

Nous avons les données!

ressourcesentreprises.org/contact

(418) 649-6116

Les dépenses des Canadiens dans les centres de jardinage

6 mai 2019 in Information d'affaires by Communication

Clin d’œil de nos conseillers d’information d’affaires

Déjà le mois de mai! Préparons nos pelouses et jardins

20% des canadiens dépense 50$ et plus par mois dans les centres de jardinage

Ou se situe votre budget par rapport à la moyenne?

 

En 2018, la dépense moyenne des Canadiens dans les centres de jardinage au Canada s’énonce comme suit :

  • 26% dépensent entre 1 et 9$ /mois
  • 27% dépensent entre 10 et 19$ / mois
  • 27% dépensent entre 20 et 49$/ mois
  • 20% dépensent au moins 50$ / mois

*Source: statista

 

Vous voulez connaître votre marché? Nous avons les données!

Contactez nos conseillers

info@ressourcesentreprises.com – 418 649-6116

Connaissez-vous la valeur marchande de votre entreprise?

8 mars 2019 in Questions comptables by Communication

Vous êtes propriétaire d’une entreprise. Tôt ou tard, vous devrez en connaître « la juste valeur marchande ». L’opinion d’un expert en ce domaine s’avère essentielle dans plusieurs situations : les planifications fiscales et successorales, l’achat ou la vente de l’entreprise, les litiges familiaux, les conflits entre actionnaires, la quantification de dommages subis lors d’un sinistre et bien d’autres. Quelle que soit la raison, l’évaluation d’une entreprise et la quantification des dommages représentent une tâche complexe, en partie subjective, nécessitant des connaissances, une expérience et une expertise spécialisée.

L’expert en évaluation d’entreprise (EEE) est ce spécialiste dont vous aurez alors besoin. À ne pas confondre avec l’évaluateur agréé dont l’expertise est de formuler une opinion sur la valeur d’un bien ou d’une propriété immobilière.

Pour quantifier la valeur d’une entreprise, le EEE utilise diverses méthodes d’évaluation reconnues notamment par la Cour et le Fisc. Ceci l’amène à conclure à une fourchette de valeurs, puis explique son approche, ses méthodes et ses conclusions en termes simples. Son rapport d’évaluation peut prendre plusieurs formes, adaptées à la situation et à la précision de l’évaluation souhaitée.

Ce qui donne de la valeur, ce qui en enlève : une rencontre avec cet expert permet au propriétaire d’en prendre conscience; une vente se prépare souvent quelques années d’avance.

La « juste valeur marchande » : certaines transactions d’achat et de vente sont également soumises, en vertu des lois fiscales, à l’obligation de l’utiliser (transaction avec lien de dépendance). Pour éviter de coûteuses conséquences advenant une révision de la transaction par le Fisc, le recours aux services d’un EEE devient un incontournable pour sécuriser les conséquences fiscales de la transaction.

Dans le contexte d’un litige, le EEE quantifie les dommages ou les pertes qui résultent d’un différend. Le EEE appuie vos conseillers juridiques à plusieurs étapes du processus de résolution, de la phase de préparation de la cause jusqu’à celle du procès. Le EEE allie ses connaissances et son expérience dans le domaine de la finance aux qualités de rigueur, d’indépendance et d’objectivité que doit manifester tout témoignage d’expert à la Cour.

Pour vos besoins en évaluation d’entreprise ou en quantification de dommages, les professionnels de Mallette près de chez vous sont en mesure de répondre à vos besoins et vous conseiller.

 

 

 

Par Vicky Pronovost, CPA auditrice, CA, EEE,

vicky.pronovost@mallette.ca

Du nouveau chez Sage Mentorat d’affaires

5 décembre 2018 in Nouvelles by sagementorat

Partenaire de Ressources Entreprises, Sage Mentorat d’affaires a annoncé par communiqué de presse une entente de partenariat avec les MRC de Charlevoix, Charlevoix-Est, la SADC de Charlevoix, le Ministère de l’Économie et de l’Innovation ainsi que Desjardins Entreprises Charlevoix.

Ce partenariat va permettre aux entrepreneurs de cette région d’utiliser le mentorat d’affaires dès janvier 2019. Cette région n’était pas encore desservie par ce service.

Ressources Entreprises tient à féliciter Mme Lyne Lévesque, directrice générale pour cette entente avec les partenaires du milieu.

Communiqué de presse émis par Sage Mentorat d’affaires

Baie-Saint-Paul, le 14 novembre 2018 – Les entrepreneurs de Charlevoix qui souhaitent propulser leur entreprise pourront bientôt compter sur une aide supplémentaire : le mentorat d’affaires. SAGE Mentorat d’affaires, organisme implanté dans la région de la Capitale-Nationale, est fier de conclure une entente de partenariat avec les MRC de Charlevoix et de Charlevoix-Est, la SADC de Charlevoix, le Ministère de l’Économie et de l’Innovation ainsi que Desjardins Entreprises Charlevoix. Dès janvier prochain, le programme de mentorat de SAGE sera offert aux entrepreneurs de la région.

Le mentorat d’affaires : un accompagnement personnalisé pour propulser les entrepreneurs vers la réussite

Actuellement, la région de Charlevoix est la seule au Québec à ne pas offrir du mentorat d’affaires aux entrepreneurs. Le mentorat d’affaires est basé sur la dyade, la relation de confiance entre un mentor aguerri et expérimenté en affaires ainsi que le mentoré, un entrepreneur actif à la barre de son entreprise, du pré-démarrage à la croissance. Le mentoré rencontre son mentor sur une base régulière pour recevoir du soutien face aux défis auxquels il fait face avec son entreprise. Avec le mentorat d’affaires, le mentoré peut compter sur l’écoute, le support et le transfert d’expertise de son mentor pour l’aider à cheminer vers la réussite.

« Avec le mentorat d’affaires, le mentor travaille sur l’entrepreneur et non sur son entreprise. La relation entre le mentoré et son mentor est basée sur la confiance et sur l’appétit de croissance de l’entrepreneur dans son marché, peu importe son secteur d’activité ou la taille de son entreprise. Cette volonté de croissance, c’est ce qui unit le mentor et le mentoré. Ce dernier peut profiter des connaissances et de l’expérience de son mentor pour progresser et pour cheminer face aux défis qu’il rencontre dans le monde des affaires d’aujourd’hui. Nous sommes convaincus que les entrepreneurs de Charlevoix qui participeront au mentorat, peu importe leur âge ou leur type d’entreprise, constateront un impact immédiat dans leur cheminement en affaires », a déclaré madame Lyne Lévesque, directrice générale de SAGE Mentorat d’affaires.

« Notre MRC contribue au développement local et économique de la région de Charlevoix et nous posons un geste supplémentaire pour soutenir les entrepreneurs de Charlevoix. En plus d’améliorer l’attractivité de notre territoire, d’améliorer la capacité d’attirer des entrepreneurs et de retenir nos jeunes, nous devons rester alertes et fournir des outils supplémentaires aux entreprises afin de soutenir leur développement et leur croissance. Le mentorat d’affaires s’inscrit dans cette volonté de soutenir nos entrepreneurs et de stimuler l’économie de la région », a ajouté monsieur Sylvain Tremblay, préfet de la MRC de Charlevoix-Est.

Madame Claudette Simard, préfet de la MRC de Charlevoix, ajoute : « C’est connu, le mentorat favorise la réussite entrepreneuriale. De pouvoir offrir ce service à nos entrepreneurs permet d’ajouter de nouveaux outils facilitant leur progression. Nous mettons également à contribution des femmes et des hommes d’affaires aguerris de chez nous qui ont un vécu pertinent pouvant permettre à nos entrepreneurs de prendre de meilleures décisions et d’avoir un meilleur équilibre vie personnelle/vie professionnelle. »

« Tous les efforts consentis à mieux outiller les entrepreneurs de la région sont les bienvenus. Le mentorat d’affaires a fait ses preuves et nous ne pouvions nous priver de ce service encore longtemps. La SADC est fière de s’associer à ce partenariat régional qui viendra solidifier la base entrepreneuriale », souligne monsieur André Simard, président de la SADC de Charlevoix.

Mentors recherchés dans Charlevoix

Pour répondre à la demande, SAGE Mentorat d’affaires recherche activement des mentors pour accompagner les futurs mentorés de Charlevoix. Les mentors de SAGE s’impliquent bénévolement auprès des entrepreneurs lors de l’accompagnement. Pour devenir mentors, les candidats doivent compter au moins 10 ans d’expérience en affaires, être généreux de nature, de bons communicateurs et des gens accessibles. Les mentors doivent être animés du désir d’accompagner des entrepreneurs de tous âges vers leur réussite.

À propos de SAGE Mentorat d’affaires

Depuis 33 ans, SAGE Mentorat d’affaires redéfinit le mentorat d’affaires par son modèle unique et son offre multiservice personnalisée, devenant ainsi un maillon du développement économique et la source des succès des entrepreneurs de la Capitale-Nationale. Depuis 2009, SAGE est également membre du Réseau M, le réseau de mentorat pour entrepreneurs de la Fondation de l’entrepreneurship. SAGE Mentorat d’affaires regroupe plus de 130 mentors et 300 mentorés.

Les pièges à éviter lors de la conclusion de tout contrat!

25 octobre 2018 in Étude de marché by Me Sylvie Bougie

Lorsqu’on est en affaires, et ce, peu importe le domaine d’activités, nous devons régulièrement prendre des ententes, qu’elles soient verbales ou écrites! Voici les pièges à éviter qui sont applicables, quel que soit le contrat!

1-  Entente verbale

D’abord, vos ententes devraient toujours être écrites. Le temps où la fameuse poignée de main être maitre est révolu, je vous l’annonce!

Pas nécessairement parce qu’il n’est plus possible de faire confiance aux gens, mais parce qu’il y a beaucoup plus de mobilité au sein des entreprises qu’avant. Le directeur ou le gestionnaire en place avec qui vous vous entendez bien, peut décider de quitter l’entreprise. Les informations essentielles au contrat sont alors perdues et vous devrez souvent renégocier au complet les termes de votre accord avec une nouvelle personne. Aussi, si vous désirez éventuellement vendre votre entreprise, les accords que vous avez conclus par écrit vont demeurer d’actualité, alors que le verbal n’est pas aussi permanent.

Enfin, on évite la confusion! La mémoire est une faculté qui oublie, alors il est important de coucher par écrit les modalités de votre entente.

2- On oublie la mission d’un contrat alors on n’a pas de contrat

Un contrat sert à protéger toutes les parties au contrat. Chaque partie doit s’assurer que ses intérêts sont protégés. Ce n’est donc pas une question de faire confiance ou non à notre interlocuteur, mais de s’assurer que :

i) Les attentes de chacun soient claires.

ii) Les délais et les prix soient clairs.

iii) Les mécanismes en cas de soucis soient prévus.

Aucune des parties n’est désavantagée à ce que le tout soit clairement indiqué dans un contrat!

D’ailleurs, en l’absence d’un contrat ou dans le cas de contrat incomplet, il faut savoir que les dispositions du Code civil, qui traite de ce type de contrat, s’appliqueront, ce qui n’est pas nécessairement à votre avantage. C’est le cas pour le bail commercial, le contrat de services, et plusieurs autres contrats.

3- Ne pas lire ou ne pas comprendre l’entente

Un autre piège fréquent, est de signer des ententes sans les lire. On commence la lecture, on ne comprend pas le jargon utilisé ou les ententes sont trop volumineuses, alors on décide de signer, sans lire. Il s’agit d’une grave erreur!

La solution est de demander à votre conseiller juridique de lire vos ententes avant de les signer. Ce dernier va s’assurer que ce qui est convenu dans le contrat représente bien l’entente que vous désirez conclure et que vous comprenez bien les avantages et les inconvénients, pour vous, de certaines clauses. Parfois les entrepreneurs pensent que ce qu’on veut leur imposer est standard, ce qui n’est pas toujours le cas! Certains pensent aussi qu’il n’est pas possible de négocier les contrats, ce qui est habituellement faux! Bref, lisez vos contrats et assurez-vous de bien les comprendre.

4- Attentions aux engagements personnels

Lorsque vous faites affaires sous le véhicule de la société incorporée, c’est cette société qui doit signer les ententes. Parfois, on peut exiger des engagements personnels des actionnaires ou des administrateurs, on parle alors de cautionnement. Ainsi, si on signe un cautionnement et que la société n’arrive pas à remplir ses obligations, vous serez personnellement garant de ces obligations. Il faut donc faire très attention lorsque vous intervenez à titre personnel à une entente et ne pas hésiter à négocier le tout.

Lire la suite du blogue cliquez ici!

SOURCE : L’article a été créé par Sylvie Bougie de VIGI Services Juridique

SYLVIE BOUGIE

 

SYLVIE BOUGIE
Avocate- Propriétaire
sbougie@vigiquebec.com

418-476-2885
275, rue de Parvis, suite 520 Québec (Qc) G1K 6G7